Jef Aérosol - Living Stones

18/11/2016 - 17/12/2016

Né à Nantes en 1957, Jef Aérosol s’est imposé comme l’un des précurseurs du Street Art en France. Ses premiers pochoirs datent de 1982, et il n’a cessé, depuis, de peupler les rues des villes du monde de personnages emblématiques et autres icônes issues de son Panthéon personnel, spontanément empreint de contre-culture.

L’exposition « Living Stones », présentée à la galerie Laurent Strouk, réunit un ensemble inédit d’œuvres réalisées en 2016. Pour l’occasion, l’artiste a choisi de poursuivre ses récentes investigations autour du traitement, au pochoir, de sculptures antiques. Il élargit cette thématique et puise son inspiration dans le Patrimoine Mondial (Le Mont Rushmore, Les Géants de l’Ile de Pâques…) et l’Histoire de l’Art ( « La Vénus de Milo », « La Vierge voilée » de Giovanni Strazza…). S’y jouxte la figuration d’individus, anonymes, afin de sonder la « représentation » de l’être humain.

En associant le vivant au figé — la pierre à la chair —, Jef Aérosol use de combinaisons insolites et de télescopages les plus divers, entre les époques, les techniques, et les approches artistiques.

Les œuvres sont réalisées sur carton, support qu’affectionne particulièrement l’artiste depuis une dizaine d’années. Ce matériau « non noble », sur les cimaises d’une galerie, fait office de trait d’union avec la rue. Nous retrouvons son vocabulaire plastique singulier, de l’incontournable « flèche rouge » aux motifs récurrents, tel le « sitting kid ».

En contrepoint, l’exposition présente l’exceptionnelle « Out of Reach », sur palissade en bois, — en triptyque et de format monumental —, réalisée d’après « L’Enlèvement des Sabines », du sculpteur maniériste Giambologna (1582).

Influencé tout autant par le collectif Bazooka que par le travail de graphistes tel Roman Ciezlewicz, Jef Aérosol réalise ses pochoirs sur les murs de nombreuses villes à travers le monde, de la Grande muraille de Chine à la façade du consulat français de Rio de Janeiro. Dans ses compositions, se côtoient depuis plus de trente-cinq ans, les portraits de personnalités mondialement connues et les anonymes de la rue. Plusieurs expositions muséales l’ont consacré, à l’instar du Musée des Avelines, en 2011. Son plus grand pochoir à ce jour, intitulé « Chuuuttt !!! », (350m2), est visible au cœur de Paris, place Stravinski, à côté du Centre Georges Pompidou. Féru de musique, qu’il pratique intensément, Jef Aérosol a réalisé plusieurs pochettes de disques dont celle du dernier album de Louise Attaque, « Anomalie ».