William Klein

13/11/2008 -

Photographe cinéaste peintre graphiste  : les dénominations se multiplient lorsqu’il s’agit de désigner l’artiste William Klein.

Durant toute sa carrière Klein glisse d’un mode d’expression à un autre de manière subtile mais c’est avec ses contacts peints qu’il parvient à conjuguer à la fois les attentes du photographe du cinéaste et du peintre. Une approche artistique unique qui renvoie à l’essence même de son œuvre avec une dimension quasi autobiographique.

William Klein est né en 1928 à New York. Débarquant pour la première fois à Paris en 1948 en tant que GI il ne revient aux Etats-Unis que sept ans plus tard après avoir épousé Paris où il vit toujours. C’est dans l’atelier de Fernand Léger qu’il se forme à la peinture en 1950 avant de se faire un grand nom dans la photographie avec son «   New York  » révolutionnaire édité au Seuil en 1956. Rejeté aux Etats-Unis son travail obtient le prix Nadar en France en 1957.

Dès lors la photographie est devenue pour lui une fenêtre ouverte sur la vie  :  «   je pouvais montrer comment je la voyais et ce que j’en pensais  » . Sa liberté d’action est sans limites «   Anything goes  » a-t-il l’habitude de dire «   pas de règles pas d’interdits  » .

Il fait sauter les tabous qui figeaient la photographie  : grain contrastes bougés déformations accidents décadrages tout est bon pour exprimer le désordre pour fixer  chaos de la ville. Il déclenche une libération esthétique mais également politique c’est sans doute ce que les Américains lui pardonneront le moins.

Il abandonne ensuite la photographie pour le cinéma entre 1965 et le début des années 80. Deux de ses films entrent dans la légende  : Qui êtes-vous Polly Magoo  ? (1966) et Mohammed Ali The Greatest (1971).

En 1980 il retrouve la photographie et pratique les deux disciplines de manière concomitante. Et c’est avec les contacts peints à partir des années 90 qu’il arrive à répondre à son ambition de renouvellement des formes classiques de la photographie.

Alors il expose dans le monde entier et publie CLOSE UP (1989) TORINO 90 (1990) MODE IN & OUT (1994) de nombreuses monographies et catalogues. A l’occasion de son film LE MESSIE (2000) il publie WILLIAM KLEIN FILMS. En 2002 il publie PARIS + KLEIN.

Parmi ses récompenses le Grand Prix National de France le rang de Commandeur des Arts et des Lettres la Médaille du Millenium en Angleterre le Prix International Hasselblad en Suède le Grand Prix de Photo Espagna celui de la Biennale de Moscou et de l’Institut Américain des Arts pour l’ensemble de sa carrière.

En décembre 2005 le Centre Pompidou inaugure une très grande rétrospective de son œuvre et co-édite avec Marval un livre de 400 pages RÉTROSPECTIVE.

Nous présentons des contacts peints qui reprennent les différents chapitres de son œuvre  : les villes (Gun 1 à New York) les portraits (Allegro Fortissimo) et l’open flash les coulisses de la mode (Backstage Alaïa Miyake ou Gaultier).

En effet William Klein a toujours aimé travailler à partir de la planche contact dont il analyse l’évolution voir la série de films CONTACTS dont il a fait le pilote. Au début de sa carrière c’était comme un «   journal intime  » mais à la fin de celle-ci il utilise le contact sur le mode du remix  : il se réapproprie et réinterprète certaines de ses images les plus célèbres comme pour montrer ce qui est autour montrer le caractère relatif de tel ou tel cliché le raturer à l’occasion.

Klein convoque l’image bien sûr mais aussi et surtout la peinture. Il reproduit ainsi en l’amplifiant et en le restructurant le geste que tous les photographes du monde font en choisissant telle image sur la planche contact. Le contact peint devient alors un cadre  : cadre expressif cadre du geste pictural. La peinture avec ou contre la photographie  ?

Le contact peint prend aussi une forme mixte une sorte «   d’entre image  » comme si il tentait d’évoquer à travers le développement de la planche contact le déroulement de la pellicule cinéma.

Toujours avec cette même ambition de dépasser l’approche traditionnelle de la photographie pour l’amener vers la création de nouvelles œuvres artistiques uniques et originales.