Gérard Schlosser

09/10/2008 - 08/11/2008

Gérard Schlosser s’est souvent appliqué à représenter l’homme enfin libéré de ses aliénations (le travail abrutissant le stress les inévitables contraintes de la vie etc..). Grâce a cette nouvelle série narrative Schlosser parvient à faire résonner en nous un nouvel instant d’intimité et de sensualité par la représentation du sommeil féminin.

Shlosser a dès ses premières toiles fait le choix de la figuration. Il devient très vite le peintre du choix parcellaire. Les personnages n’apparaissent que par des éléments corporels  : jambe épaule nuque poitrine main.&hellip Schlosser recrée l’intensité de leur présence dans l’espace de leur plus grande intimité où leur corps parle à la fois d’eux-mêmes et d’instants de vie qui peuvent concerner chacun d’entre nous.

Les thèmes sont choisis d’après des photos qu’il prend personnellement. Ensuite il procède à un photomontage associant par le découpage deux ou trois éléments issus de documents différents pour recréer une scène de vie. Il peut dès lors peindre sa composition sur une toile sablée. Il le dit et le répète «   je ne suis pas un peintre réaliste  » mais il est sans aucun doute un peintre du réel ou plus exactement du rapport des hommes avec le réel.

Les titres de ses œuvres viennent confirmer cette idée  : Ils évoquent allusivement l’histoire individuelle de ses personnages. Le titre devient la composante écrite de la peinture il prolonge mentalement l’œuvre et en indique un sens qui permet au spectateur de dépasser l’image et de s’orienter vers un ailleurs supposé.

Du 9 octobre au 8 novembre 2008 Gérard Schlosser exposera donc à la Galerie Laurent Strouk une nouvelle série narrative que l’on pourrait intituler «   les dormeuses  » .

Des femmes de passage se sont endormies sur le canapé de son atelier ou sur celui d’un collectionneur de Fernand Léger  ! On ne sait si elles se sont réfugiées là épuisées par leurs soucis ou si elles se sont assoupies entre deux séances de pose. Mais ce qui apparaît instantanément c’est que Schlosser a encore une fois su saisir la poésie et la sensualité d’un moment intime  : le sommeil.

Ce sommeil qui lui offre l’occasion de représenter des visages chose plutôt exceptionnelle dans son travail. Il n’abandonne cependant pas complètement ses éléments anatomiques parcellaires car les figures des dormeuses installent l’atelier dans le tableau et au-delà de cela des tableaux de Schlosser dans le tableau de Schlosser. Un jeu de reflet qu’il exerce non sans humour  !

Il fait également se refléter dans ses tableaux d’autres artistes qu’il affectionne tout particulièrement tels que Fernand Léger ou Gilles Aillaud.

Ainsi les sommeils se succèdent mais ne se ressemblent pas lui permettant de travailler sur différents jeux de lumière et de couleur sur la texture des matières sur le drapé des couvertures froissées&hellip

Schlosser progresse donc dans sa réinvention de l’image il joue encore et toujours avec la réalité des personnages du lieu et du tableau lui-même.

Dans toutes ses séries Schlosser nous raconte une histoire. Celle-ci touche profondément notre sensibilité et notre imagination.